Remerciement du Dr Franck BOURDEAUT pour le Traitement préclinique dans les tumeurs rhabdoïdes

Aucune Vidéo pour cet article !

Projet Traitement préclinique dans les tumeurs rhabdoïdes

Vous avez soutenu notre projet de recherche intitulé « Traitement préclinique
dans les tumeurs rhabdoïdes » et nous tenons à vous en remercier. Nous tenons
également à vous faire part de la réalisation de ce travail et de ses conclusions.
Les tumeurs rhabdoïdes sont des cancers très agressifs, qui bien souvent
résistent d’emblée ou rapidement aux chimiothérapies habituelles. Pour apporter des
pistes de traitement nouveau, nous avons d’abord mis au point un modèle de souris
génétiquement modifiée développant spontanément des tumeurs rhabdoïdes
cérébrales. Ce modèle, premier au monde, nous permet dorénavant de disposer d’un bon
système d’études précliniques pour les traitements. Ce modèle a fait l’objet d’une
publication dans Nature Communication, revue prestigieuse de biologie fondamentale et
translationnelle.
Nous avons en parallèle procédé à une étude systématique de l’efficacité de 1 200
molécules déjà commercialisées, incluant un petit nombre de chimiothérapie et un
grand nombre de traitements sans rapport connu avec le cancer. Cette étude était
initialement menée de façon robotisée sur 3 lignées cellulaires de tumeur rhabdoïde. A
l’issue de ce premier test très large, une trentaine de molécules ont été sélectionnées ;
ces molécules ont été validées « manuellement », sur un plus grand nombre de lignées
de cellules rhabdoïdes. Deux molécules au final étaient retenues, un « inhibiteur de
tyrosine kinase », et un « anti-arrythmique ». Nous avons alors élargi notre étude à
d’autres molécules de la même famille, pour retenir finalement le « clofilium tosylate »
et le « pazopanib » comme les deux molécules les plus prometteuses.
Toutes les combinaisons avec ces familles de molécule ont été testées, pour
retenir finalement ces deux molécules également en raison de leur disponibilité en
pratique. Nous avons ensuite testé comment les deux molécules ensemble pouvaient
avoir un effet anti-tumoral, à la fois sur des cellules, et sur des tumeurs de souris issus
de nos modèles et sur des tumeurs d’origine humaine greffées sur des souris. La
combinaison de nos deux traitements avait un effet identique à la chimiothérapie,
prouvant que cette combinaison peut apporter un bénéfice en réduisant la toxicité, et
donc guérir mieux en diminuant les séquelles. La place de cette combinaison est
désormais en discussion dans les groupes de travail européen proposant les protocoles
de traitement des tumeurs rhabdoïdes. Cette étude a fait l’objet d’une publication dans
Cell reports, revue généraliste de biologie fondamentale.
De plus, grâce à nos travaux, concordants avec d’autres publiés dans l’année
écoulée, le pazopanib est actuellement disponible pour les enfants atteints de tumeur
rhabdoïde dans le cadre d’un essai industriel.
La SFCE, la Fédération Enfants et Santé et l’Etoile de Martin sont remerciés pour le
soutien financier apporté à l’ensemble cette étude, dans les deux articles mentionnés
dans ce rapport. L’intégralité de la somme de 50.000 euros que vous nous avez allouée a
pu être dépensée dans les temps impartis.
Vous remerciant encore de ce soutien, je vous prie d’agréer, Madame, l’expression de
mes sentiments les plus respectueux,

Pièce jointe : Traitement_preclinique_dans_les_tumeurs_rhabdoides.pdf Télécharger/imprimer

Ajouter un commentaire