Résumé grand public

Les rhabdomyosarcomes et ostéosarcomes de l’enfant

Les rhabdomyosarcomes et ostéosarcomes de l’enfant : de l’établissement d’une cartographie des voies contrôlant la mort cellulaire à la mise au point de nouvelles thérapies.

CONTEXTE DU PROJET
Les sarcomes regroupent les tumeurs qui se développent dans les tissus de soutien de l’organisme, comme les tissus «mous » (les muscles par exemple) ou dans les os et le cartilage. Ils représentent 1% des cancers chez l’adulte mais 15% des cancers chez l’enfant. Les rhabdomyosarcomes (RMS) sont les sarcomes des tissus mous les plus fréquents chez l’enfant et sont issus des muscles ; les ostéosarcomes (OS) sont quant à eux les sarcomes osseux les plus fréquents avant l’âge adulte. Les anomalies moléculaires qui sont à l’origine de la formation des RMS et des OS sont mal connues. De plus, les thérapies actuelles sont lourdes et associent une élimination chirurgicale de la tumeur, un traitement de chimiothérapie et des séances de radiothérapie. Ces traitements intensifs ne sont pas sans conséquence en termes de séquelles à long terme pour les enfants et ne se sont pas améliorés en terme d’efficacité au cours des 20 dernières années. La prise en charge des sarcomes chez l’enfant est donc face à deux challenges d’envergure : Identifier les anomalies moléculaires associées à la transformation d’une cellule normale en une cellule tumorale ; Développer de nouvelles thérapies plus ciblées afin de diminuer le risque de séquelles et surtout de soigner les enfants présentant des cancers agressifs, avec présence de métastases par exemple.

DESCRIPTION DU PROJET
Lorsqu’une cellule devient anormale, se localise hors de son tissu ou est en excès, elle est normalement éliminée par l’activation de signaux internes aboutissant à la mort cellulaire. La capacité à résister au déclenchement de sa propre mort est l’une des caractéristiques acquises par les cellules Tumorales. Afin d’améliorer la prise en charge médicale des sarcomes chez l’enfant, notre projet a pour objectif d’identifier les anomalies à l’origine de ces mécanismes de résistance à la mort cellulaire et de développer de nouveaux composés qui pourraient servir de médicaments pour la rétablir. Pour cela, nous allons réaliser une cartographie complète dans les RMS et les OS de l’état de fonctionnement des signaux internes aboutissant normalement à la mort cellulaire. Nous disposons également de modèles, cellulaires notamment, qui nous permettront de déterminer, parmi toutes les anomalies identifiées, celles jouant un rôle clé dans la résistance des cellules tumorales de RMS et d’OS à ce processus d’élimination.