Service & appel gratuits

0 800 600 508

Témoignage d'une victoire

Marie Castets

Chef d’équipe « Mort cellulaire et cancers pédiatriques » au Centre de Recherche en can-cérologie de Lyon. À l’origine du réseau national React4Kids en 2018.

docteur marie castets
Docteur Marie Castets

Mutualiser pour mieux comprendre

« Face à la complexité du cancer, il n’y a qu’en mutualisant nos expertises et nos outils que nous parviendrons à améliorer de manière significative la prise en charge des pa-tients. Et si cette collaboration doit évidemment se faire au niveau international, il con-vient de s’appuyer sur une forte structuration nationale pour avancer de manière efficace dans la compréhension des mécanismes moléculaires impliqués dans les cancers pédia-triques. C’est l’objectif du réseau national de recherche fondamentale et translationnelle React4Kids, lancé en 2018 avec une dizaine de chercheurs et qui compte aujourd’hui plus de 380 membres. Le premier projet mis en place par le réseau pour répondre aux besoins des chercheurs est de créer une plateforme unique en son genre, Share4Kids, qui vise à partager des données multi-omiques à partir d’une base de données en libre accès. L’objectif : permettre à chaque chercheur de travailler sur la signature moléculaire des tumeurs pédiatriques, pour répondre notamment à la question de la résistance aux trai-tements. Le tout en structurant cette base dans le respect d’un cadre réglementaire vis-à-vis des droits des patients. 137 premiers patients ont été analysés cette année (250 d’ici 2 ans), et les données associées seront ainsi mises à disposition des chercheurs via l’interface Share4Kids dans les prochains mois. La base Share4Kids permettra également de faciliter l’accès aux données multi-omiques publiques, après un travail d’inventaire et de tri nécessaire pour optimiser leur utilisation. Tout ce travail aurait été impossible sans le soutien d’Enfants Cancers Santé (300 000 €).  

Le soutien d’Enfants Cancers Santé est également indispensable pour permettre l’amorçage de projets de recherche. Ainsi, un financement nous a permis de développer un modèle organoïde de rhabdomyosarcome, un cancer des muscles fréquent chez les enfants et les adolescents. En deux mots, les organoïdes sont des mini-tumeurs établis à partir de fragments de biopsies, qui reproduisent exactement les caractéristiques de la tumeur de chaque patient. On peut les conserver en culture dans des boîtes de Pétri grâce à la mise en place d’un milieu de culture qui reproduit au plus près l’environnement des cellules tumorales chez le patient. Ces organoïdes sont des outils très performants pour comprendre la dynamique des différentes populations de cellules tumorales et dévelop-per de nouvelles combinaisons thérapeutiques. Coût : entre 500 000 € et un million d’euros. Autant de projets de recherche, extrêmement coûteux, qui ne pourraient voir le jour sans le soutien d’associations comme Enfants Cancers santé.»