Service & appel gratuits

0 800 600 508

le Pr Jean-Hugues DALLE : La recherche en onco-hématologie pédiatrie, en France en 2022

Les cancers pédiatriques représentent moins de 1% des cancers en France. Pour autant les cancers pédiatriques sont une préoccupation de santé publique majeure car représentent la 1ère cause de décès par maladie chez les enfants de 1 à 15 ans. Ainsi,1700 à 1800 nouveaux cas par an touchent les enfants de moins de 15 ans, soit 1 enfant sur 600. Si on ajoute les 400 cas touchant les 15-17 ans, 2100 à 2200 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année chez les moins de 18 ans. Ces chiffres sont stables d’une année sur l’autre depuis plus de 20 ans.

La maladie la plus fréquente est la leucémie aiguë lymphoblastique (environ 380 nouveaux cas par an) puis viennent les tumeurs cérébrales (environ 250 cas/an) réparties en une trentaine de maladies différentes, ce qui décrit bien d’une part l’extrême diversité des cancers de l’enfant et la rareté de chaque entité.

En 1960, l’immense majorité des enfants atteints mourraient de leur cancer. En 2022, grâce aux efforts déployés par la communauté médicale et scientifique française et internationale, environ 80% des enfants atteints vont être guéris de leur pathologie cancéreuse, au prix de traitements longs et souvent très agressifs. Les progrès réalisés sont majeurs, mais encore insuffisants puisque 20% de ces enfants vont présenter une maladie inaccessible à un traitement curatif. Pour ceux-là, les efforts de recherche doivent se poursuivre et être amplifiés, à l’aune des progrès déjà réalisés :

• en recherche fondamentale dans la compréhension des mécanismes conduisant une cellule à devenir cancéreuse ou des mécanismes d’échappement immunitaire conduisant à laisser s’installer un cancer,

• en recherche translationnelle pour identifier les voies de signalisation cellulaire, les cibles potentielles et les molécules susceptibles d’être efficace

• et en recherche clinique pour évaluer l’efficacité in vivo de nouveaux médicaments, d’abord isolément , en phase 1 et 2 de développement puis en association et de façon comparative avec les traitements antérieurement utilisés, en phase 3.

La question du pourquoi ce cancer chez un enfant reste encore majoritairement sans réponse bien que beaucoup de recherches en France et dans le monde se soient attachées et s’attachent encore à identifier la cause des cancers pédiatriques. Depuis 2020, le consortium PEDIAC, soutenu par l’Institut National du Cancer, regroupe des équipes de recherche de disciplines différentes autour de la thématique des causes et des origines des cancers pédiatriques. Ses objectifs sont d’étudier le rôle des facteurs environnementaux (expositions physiques, chimiques, infectieuses, nutritionnelles, etc.), des facteurs génétiques et épigénétiques mais aussi les processus impliqués lors des stades précoces de développement du système nerveux,

du système hématopoïétique et du système immunitaire dans la survenue des cancers de l’enfant.

La recherche doit également continuer à travailler pour les 80% d’enfants guéris de leur cancer afin qu’ils soient « mieux » guéris, c’est à dire qu’ils retrouvent une espérance et une qualité de vie identiques à celles de la population générale.

C’est autour de ces deux axes « guérir plus » et « guérir mieux » que la communauté médicale et scientifique travaille en cancérologie pédiatrique.

La Société Française de lutte contre les Cancers et leucémies de l’Enfant et de l’adolescent (SFCE, https://sf-cancers-enfant.com/) est la société savante qui rassemble l’ensemble des acteurs de la recherche et du soin en cancérologie et hématologie pédiatrique.

Elle compte 31 centres cliniques hospitaliers (CHU et centres de lutte contre le cancer) répartis sur l’ensemble du territoire et regroupés en organisations inter-régionales de cancérologie pédiatrique. Chaque centre comprend des équipes d’oncologues pédiatres, de chirurgiens pédiatriques spécialistes du cancer, des imageurs, des biologistes et anatomo- patholgistes spécialistes du diagnostic de ces maladies rares et très spécifiques, des radiothérapeutes mais aussi des infirmièr(e)s et puéricultrices et aide-soignant(e)s, des psychologues, des assistants sociaux, des enseignants…La SFCE compte également de nombreuses équipes de recherche composées de médecins-chercheurs et de scientifiques non médecins, tous dédiés à la cause du cancer pédiatrique.

Chaque année depuis plus de 20 ans, la SFCE propose un ou deux appels à projets aux équipes de recherche afin de les aider à financer leurs travaux. Le conseil scientifique de la société savante fait appel à des experts extérieurs, non français pour 50% d’entre eux afin d’évaluer les projets soumis et de sélectionner les meilleurs d’entre eux. Ces appels à projets ne pourraient exister sans le soutien de partenaires associatifs qui œuvrent mois après mois, années après années pour rassembler des fonds. Ces financements viennent compléter des financements publics dispensés à travers les appels à projets de l’INCa et sont indispensables pour permettre à la recherche en onco-hématologie pédiatrique de continuer ses travaux, et à améliorer le pronostic encore trop sombre de ces maladies.

Pr Jean-Hugues Dalle, Président du conseil scientifique de la SFCE