Service & appel gratuits

0 800 600 508

Témoignage d'une victoire

Marion Mallet

Doctorante en recherche à l’institut NeuroMyoGène - Unité Mélis à Lyon

marion mallet doctorante en recherche a linstitut neuromyogene
Marion Mallet

Doctorante en recherche à l’institut NeuroMyoGène – Unité Mélis à Lyon, Marion Mallet vient de commencer sa thèse intitulée « Etude de la tumorigenèse du médulloblastome : impact du microenvironnement embryonnaire sur la formation de la tumeur primaire et la dissémination métastatique ».

Sans doctorant pas de recherche !

« Ce projet a été lancé il y a 3 ans par ma Directrice de thèse et porte sur un cancer pédiatrique, le médulloblastome. Il existe une grande diversité des cancers pédiatriques tel que le neuroblastome et le médulloblastome mais ils ont tous en commun une origine précoce, c’est-à-dire qu’ils se développent avant ou peu de temps après la naissance. Ce projet a été mis en place au sein d’une équipe dont l’expertise porte sur le développement du système nerveux chez l’enfant et qui a plus récemment commencé à étudier les pathologies associées telles que les cancers.  L’idée était donc de voir comment apporter, avec cette expertise, un nouveau point de vue sur l’étude du médulloblastome, un cancer pédiatrique du système nerveux.  C’est-à-dire par exemple, comment le contexte embryonnaire peut impacter le processus de développement des cancers ? Une fois les cellules cancéreuses présentes, comment ce contexte soutient le développement tumoral ? 

Pour cela, notre laboratoire a développé une approche innovante : injecter des cellules cancéreuses dans l’environnement d’origine de ces cellules en utilisant un embryon de poulet, et observer si des masses se forment, et si oui, où et de quelle taille… ? Ensuite, on souhaite étudier quels éléments, quels signaux vont être utilisés pour ce développement et à quoi servent-ils ? L’objectif étant de mieux comprendre et relever les mécanismes de ce cancer pour améliorer la prise en charge des patients à plus grande échelle et à plus long terme.

Il existe peu de cas de médulloblastome (environ 90 cas par an), ce qui complique l’étude car nous avons moins de références. Les 20 000 € attribués par Enfants Cancers Santé vont compléter l’enveloppe de React4kids et financer ma thèse. Car sans doctorant, pas de recherche ! Une véritable aventure médicale, scientifique et personnelle pour moi en attendant d’ici 3 ans d’apporter des résultats. »